Tour de France : un effort récompensé pour les villes et les coureurs

Une ville qui accueille l'arrivée d'une étape du Tour de France doit
verser 90 000 euros à ASO, auxquels s'ajoutent tous les frais liés aux
infrastructures, à la sécurité, etc.

Vraie poule aux œufs d'or, le Tour de France rapporte beaucoup à l'organisateur, Amaury Sport Organisation (ASO), et aux sponsors d'équipes (voir la première partie de l'article sur Economiematin.fr). Mais les villes-étapes et les coureurs tirent aussi leur épingle du jeu.

- Les 37 villes-étapes qui jalonnent la Grande Boucle ont fait l'objet d'une rude sélection. ASO reçoit chaque année environ 250 candidatures ! Selon le Courrier des maires de France, le ticket d'entrée à verser au "gentil organisateur" est de 90 000 euros hors taxes pour la ville qui accueille l'arrivée, et de 60 000 euros pour celle qui organise le départ : si la même commune gère l'ensemble de l'étape, elle doit s'acquitter de la totalité de ces droits. En ajoutant les frais liés à l'organisation, comme le coût des infrastructures, de sécurité, de communication ou encore de location de matériels, la facture peut grimper à plusieurs centaines de milliers d'euros. Mais là encore, la mise est rentable : à Londres, qui avait donné le coup d'envoi du Tour de France 2007, le maire de l'époque, Ken Livingstone, parlait d'un retour sur investissement de l'ordre de 10 ! Liège, un peu moins gourmande, s'attendait à ce que les dépenses des équipes et des spectateurs dans la ville atteignent 20 millions d'euros, pour un coût global d'organisation de plus de 4 millions d'euros.

- Enfin, les 198 cyclistes – on aurait tendance à les oublier – ne souffrent pas non plus les 3497 kilomètres de ce parcours sans un intérêt financier certain, au-delà de l'évident challenge sportif que le Tour de France représente dans cette discipline. Si le fameux titre de Maillot jaune, leader du classement général au temps, rapporte au vainqueur une dotation de 450 000 euros, plusieurs autres prix peuvent être gagnés : Maillot à pois (meilleur grimpeur) : 25 000 euros, Maillot vert (sprint) : 25 000 euros, Maillot blanc (meilleur jeune) : 20 000 euros, Victoire d'étape : 8000 euros, Victoire d'un contre la montre par équipe : 10 000 euros, Victoire au classement par équipe : 50 000 euros à l'équipe lauréate. Des sommes qui peuvent néanmoins sembler dérisoires par rapport aux pactoles que génèrent leurs précieux coups de pédale...


A découvrir

Laure Japiot

Journaliste spécialisée en économie depuis 2004, Laure Japiot a notamment travaillé pour l'hebdomadaire gratuit Economie Matin, le Courrier du Grand Paris (magazine de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris) et Les Echos de la franchise (Groupe Les Echos). Elle est diplômée du CESEM (Reims Management School).