BlackRock s'inquiète : un risque géopolitique majeur plane sur les marchés

8700 MILLIARDS $
BlackRock gère plus de 8.700 milliards de dollars de fonds.

Les investisseurs et les marchés n’ont en tête qu’une chose, en ce moment de reprise de l’activité à la suite de la Covid-19 : le risque d’inflation. Il est réel, surtout dès lors que les plans d’aide aux entreprises et aux particuliers vont s’arrêter, ce qui devrait se faire progressivement un peu partout dans le monde. Mais pour BlackRock, le plus gros fonds d’investissement du monde, l’inflation est presque moins inquiétante que le risque géopolitique…

Les tensions entre Chine et USA se poursuivent

Si BlackRock, qui gère tout simplement 8.700 milliards de dollars de fonds, soit trois fois le PIB de la France, s’inquiète, c’est que ses propres analystes ont publié, lundi 24 mai 2021, un rapport : le Geopolitical Risk Indicator (Indicateur de risque géopolitique) que BlackRock a mis au point a chuté au plus bas depuis quatre ans. En cause : l’attention qui a été portée à la crise de la Covid-19, notamment depuis le krach boursier de mars 2020, mais aussi à l’inquiétude qui semble concentrer les marchés : l’inflation.

Cet indicateur dévoile donc que les marchés semblent avoir oublié la géopolitique, dans leus investissements et leurs stratégies. Et c’est ce qui inquiète Blackrock : les tensions entre Chine et USA restent élevées, la politique de Joe Biden envers la Chine n’ayant pas sensiblement évolué par rapport à celle de son prédécesseur. Les marchés pourraient donc être surpris si la situation venait à se dégrader.

Trois risques majeurs planent sur les marchés selon BlackRock

Pour les analystes du fonds d’investissement, il y a essentiellement trois risques majeurs qui pourraient surprendre les marchés à court et moyen terme, ce qui aurait de graves conséquences en Bourse.

En premier lieu : une distanciation entre les secteurs de la technologie américain et chinois, déjà commencée avec la concurrence Amazon/AliBaba ou encore la crise ByteDance, un temps contrainte par l’administration Trump à vendre son application TikTok (vente mise en pause par Joe Biden).

Deuxièmement : une cyberattaque. Un risque réel alors que des attaques majeures ont eu lieu en 2020 et 2021, notamment le vol de documents confidentiels chez un sous-traitant d’Apple ou l’attaque au ransomware qui a frappé un pipeline américain.

Troisième risque : l’instabilité politique dans les pays émergents, Inde et Brésil en tête, du fait de l’incapacité des gouvernements à gérer la crise de la Covid-19 en termes sanitaires et sociaux.


A découvrir