Pétrole : l'OPEP veut garder les prix élevés pour faire du profit

96,85 DOLLARS
Le prix du Brent, le 4 août 2022 à l'ouverture, affichait 96,85
dollars.

Le prix du pétrole a explosé en Bourse depuis la relance de l’économie après la crise sanitaire et, surtout, depuis le début de la guerre en Ukraine. Atteignant jusqu’à près de 130 dollars le baril au premier semestre 2022, le prix du brut est l’un des principaux responsables de l’inflation qui frappe le monde. Mais les pays producteurs, réunis sous la bannière de l’OPEP, n’ont aucune intention de se priver de cette manne financière, bien au contraire…

Pour septembre 2022, une hausse de production de brut ridicule

Lors de la pandémie de Covid-19, avec la demande de brut qui s’est effondrée, les prix se sont écroulés. Il y a même eu une transaction dans le négatif, à l’époque, du jamais vu (bien qu’il s’agissait d’une vente très particulière). Mais depuis la relance de l’économie fin 2021 et la crise en Ukraine en février 2022, les prix ont explosé.

En attendant, l’OPEP a augmenté sa production pour revenir aux niveaux pré-pandémie (après l’avoir fortement réduite sur fond de baisse de la demande). Mais celle-ci, déjà tendue avant la crise sanitaire, ne suffit pas à faire baisser le cours du brut. Joe Biden, président des États-Unis, a donc demandé au Cartel de l’Or noir d’augmenter encore la production afin de réduire la pression sur les prix et donc contrôler l’inflation au niveau mondial.

Malheureusement, il n’aura pas été suffisamment convaincant. S’il n’a pas reçu un « non » catégorique, comme réponse, l’annonce de l’OPEP est pour le moins ridicule…

Continuer de profiter des prix élevés

La hausse des prix du pétrole est loin de déranger les pays de l’OPEP et ses alliés : plus le cours du brut en Bourse est élevé, plus ils gagnent de l’argent. D’ailleurs, l’Arabie saoudite, chef de file de l’OPEP+, a connu une croissance de 11,8% au deuxième trimestre 2022. Difficile, pour le pays, de renoncer à une telle aubaine.

Ainsi, l’OPEP n’augmentera sa production en septembre 2022 que de 100.000 barils de brut par jour. Une hausse qui peut paraître conséquente mais qui, en réalité, ne correspond qu’à moins de 2 minutes de consommation mondiale. Il s’agit par ailleurs de la plus basse augmentation de production de la part du Cartel depuis 1986...


A découvrir