Grève à la SNCF : les cheminots ont obtenu une série d'augmentations

4 %
Les rémunérations des cheminots les moins bien payés seront
revalorisées de 4%.

À l’issue de la grève des cheminots le 6 juillet 2022, la direction de la SNCF a consenti une série de mesures en faveur des rémunérations.

SNCF : toute une série d’augmentations avec effet rétroactif au 1er avril 2022

Les revendications des cheminots ne sont pas restées lettre morte. Après une grève très suivie le 6 juillet 2022, la direction de la SNCF a accepté de faire un geste sur les rémunérations. Et pas qu’un seul ! Le groupe annonce une augmentation générale des salaires de 1,4% et une majoration salariale uniforme de 400 euros brut annuel. Les classes les plus basses bénéficieront d’une revalorisation encore plus importante (+4% pour la classe 2, +2% pour la classe 3 et +1% pour la classe 4), pour les mettre au niveau du SMIC.

En plus de ces trois grandes mesures, une série de mesures moins médiatiques mais également importantes pour le pouvoir d’achat des cheminots sera mise en œuvre. La gratification de vacances sera augmentée de 100 euros + 20 euros au premier enfant + 20 euros au second et +10 euros au-delà. Les indemnités pour les sorties d’astreintes, nuits, dimanches et jours fériés seront revalorisées de 4% et 7% respectivement. L’allocation de déplacement sera quant à elle revalorisée de 3%. Enfin, le chantier de la revalorisation des primes de travail vient d’être ouvert. Toutes ces mesures seront rétroactives au 1er avril 2022 (alors que CGT cheminots avait demandé cette rétroactivité au 1er janvier 2022).

Pour CGT Cheminots, les augmentations annoncées ne compensent même pas l’inflation

Les syndicats ne se réjouissent pas de ces annonces pour autant. Pour CGT Cheminots, ces augmentations n’effacent même pas l’impact de l’inflation. Le syndicat rappelle que cette dernière a été de 5,8% en juin 2022 et qu’elle est attendue à 7% à fin 2022. « Ces mesures sont clairement indécentes et n’effacent pas le contentieux salarial », estime le syndicat. D’une manière générale, CGT Cheminots souhaite que les augmentations consenties par la direction ne fassent pas que compenser l’inflation mais résultent en une véritable augmentation salariale, attendue depuis de si nombreuses années.

« C’est d’autant plus scandaleux que le bénéfice net du groupe en 2021 avoisine les 900 millions d’euros, que les perspectives pour 2022 s’annoncent bien meilleures et pourraient frôler 1,5 milliard, avec des trains affichant des taux de remplissage record », fait valoir CGT Cheminots.


A découvrir