Déficit public de 3 % fin 2013 : le pari sera tenu, selon Moscovici

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, des Finances et du Commerce
extérieur.

« La France a pris des engagements devant ses partenaires de réduire ses déficits, 4,5 % en 2012 (...) et 3 % en 2013. Nous tiendrons ces engagements », a martelé ce jeudi matin sur France 2 Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, des Finances et du Commerce extérieur.

Il estime « qu'on peut tout à fait atteindre ces objectifs sans austérité », tout en reconnaissant que plusieurs indicateurs, notamment ceux de la Banque de France, avaient « soulevé des questions ».

En effet, les calculs du gouvernement reposent sur une hypothèse de croissance de 0,5 % cette année, et de 1,7 % en 2013. Or la Banque de France, qui s'attendait jusque-là à une croissance nulle au deuxième trimestre, comme au premier, a revu ses prévisions à la baisse et table désormais sur un recul du produit intérieur brut de 0,1 %...

« Il faut faire les efforts utiles, nécessaires, a reconnu le ministre. Le projet de loi de finance rectificative [pour 2012] comportera essentiellement des recettes, une réforme fiscale, et le projet de loi de finance [pour 2013] sera calé à la fois sur ces prélèvements et sur des économies de dépenses ». A suivre !


A découvrir

Laure Japiot

Journaliste spécialisée en économie depuis 2004, Laure Japiot a notamment travaillé pour l'hebdomadaire gratuit Economie Matin, le Courrier du Grand Paris (magazine de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris) et Les Echos de la franchise (Groupe Les Echos). Elle est diplômée du CESEM (Reims Management School).