Crise : un coût de 140 milliards d'euros par an pour la France

L'activité industrielle poursuit son redressement mais reste
inférieure à son niveau d'avant-crise : l'investissement productif des
entreprises non financières avait chuté de 13,7 % en 2009.

Difficile de rattraper un tel retard… D'après l'Insee, la crise économique et financière s'est traduite par un manque à gagner pour l'économie française de près de 140 milliards d'euros annuels depuis 2009. En effet, le PIB effectif du pays est inférieur d'environ 7 points à la tendance qui se dessinait avant la faillite de la banque américaine Lehman Brothers.

Ces 140 milliards d'euros d'activité en moins chaque année représenteraient mécaniquement 70 milliards d'euros de recettes fiscales en moins « à l'horizon de deux ou trois ans », selon l'Insee, ce qui a concouru à l'accroissement des déficits publics. Or les pertes d'activité enregistrées lors de crises financières ne sont généralement « pas rattrapées, même s'il y a des exceptions », note l'institut. La France va-t-elle être exceptionnelle ?


A découvrir

Laure Japiot

Journaliste spécialisée en économie depuis 2004, Laure Japiot a notamment travaillé pour l'hebdomadaire gratuit Economie Matin, le Courrier du Grand Paris (magazine de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris) et Les Echos de la franchise (Groupe Les Echos). Elle est diplômée du CESEM (Reims Management School).