La VAE : une solution pour augmenter ses revenus, sans beaucoup travailler

Contrairement aux pays anglophones qui privilégient l’expérience, les pays francophones quant à eux restent attachés aux diplômes dans les offres d’emplois. Cela voudra dire que si vous avez de l’expérience et vous ne cherchez pas à obtenir des diplômes supplémentaires en rapport avec votre domaine, vous ne bénéficierez pas de la rémunération maximale que vous pourriez avoir. Si vous vous retrouvez dans ce cas, nous vous dirons comment améliorer votre revenu.

Qu’est-ce que la VAE ?

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est un droit dont bénéficie toute personne active. Elle est inscrite aussi bien dans le Code de travail que dans le Code de l’éducation. Elle est attestée par l’acquisition d’un diplôme, d’un certificat de qualification ou de tout autre titre à finalité professionnelle. Autrement dit, vous pouvez avoir par exemple une VAE BTS Support à l’action managériale sans avoir fait des études universitaires en management.

La VAE s’adresse à toutes personnes à condition qu’elle puisse justifier d’au moins un an d’expérience professionnelle. Cette expérience doit être en rapport avec le contenu et le niveau du diplôme en vue de faire reconnaître.  

Toutefois, il est à noter que vous pouvez faire la VAE, quel que soit votre :

• Statut (bénévole, salarié, intérimaire, artisan, travailleur indépendant) ;

• Âge ;

• Domaine d’activité ;

• Niveau de formation, etc.

Bref, la VAE est un dispositif qui permet à certaines catégories de personnes de faire connaître leurs acquis professionnels obtenus au bout des années professionnelles.

Quels sont les avantages de faire une VAE ?

Les avantages à faire une VAE sont multiples.

Dans un premier temps, la VAE vous permet de faire reconnaître vos compétences par votre employeur. Cet avantage a un impact sur la personnalité du candidat. Il change le regard que l’employé avait sur lui-même et le regard que ses collègues avaient sur lui.  

Ensuite, la VAE améliore l’employabilité sur le marché de l’emploi. Après l’obtention d’un diplôme par VAE, le candidat peut désormais postuler à des offres d’emploi qui lui étaient autrefois impossibles en raison du niveau insuffisant.

Enfin, la VAE permet au candidat d’évoluer professionnellement. Celui-ci peut désormais occuper des postes de responsabilité plus élevés. Cela peut rapidement entraîner une amélioration de la rémunération.

Combien coûte la VAE ?

Le coût d’une VAE varie en fonction de nombreux paramètres. Néanmoins, le coût moyen se situe entre 600 et 2000 euros. Il englobe tous les frais qui entrent dans la procédure notamment :

• L’inscription ;

• Les frais de validation ;

• Frais d’accompagnement ;

• Tous autres frais annexes, etc.

Toutefois, certaines démarches, notamment l’accompagnement, ne sont pas obligatoires.

Par ailleurs, en fonction de votre statut, vous pouvez bénéficier d’une aide pour financer votre VAE. Par exemple, les salariés peuvent bénéficier d’un droit individuel à la formation pour financer leur VAE BP Arts de la cuisine ou tout autre diplôme. Ils peuvent également bénéficier d’un congé VAE ou du CPF ou d’un plan de formation de leur entreprise. Les demandeurs d’emploi quant à eux peuvent financer une VAE grâce au CPF, à Pôle Emploi, au conseil régional.

La catégorie des travailleurs indépendants et autoentrepreneurs quant à elle est particulière. Pour financer leur VAE, les personnes se trouvant dans cette situation doivent faire une demande au Fonds d’Assurance Formation dont ils dépendent. Autrement, ils auront recours au Fond interprofessionnel des professionnels libéraux (FIF-PL) ou à l’association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprise (Agefic).

Tout compte fait, quel que soit le statut, il peut arriver qu’un candidat n’obtienne aucun financement. Dans ce cas, il devra la financer soi-même.

À quel programme pouvez-vous accéder ?

En principe, tous les types de programmes sont accessibles en faisant une VAE, qu’ils soient diplômants ou non. Toutefois, il est important de savoir que la VAE n’est pas une conversion d’années d’expérience professionnelle en diplôme. Il est très rare d’obtenir une VAE avec une année d’expérience, car une année d’activité professionnelle ne pourrait équivaloir à une année d’enseignement.

De même, la VAE ne saurait être une reprise d’étude ou un complément de formation. Votre expérience professionnelle doit nécessairement correspondre au référentiel du diplôme.

Avec une VAE, tous les diplômes que vous obtenez sont inscrits au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Ils sont donc identiques à ceux obtenus au terme d’une étude universitaire, d’une formation et autre moyen classique.

Ainsi, en fonction de votre domaine, de votre expérience professionnelle, vous pouvez obtenir : • Un bac pro, un CAP ; • Un BTS ; • Une licence ou autre diplôme équivalent ;

• Un master ;

• Un diplôme d’état en auxiliaire de vie ;

• Un titre d’ingénieur, etc.

Y a-t-il d’autres dispositifs similaires à la VAE ?

En dehors de la VAE, d’autres dispositifs peuvent permettre de tester le niveau de compétence ou d’étude d’un candidat. Il s’agit entre autres de la Validation des Acquis Professionnels VAP et de la Validation des Études Supérieures VES.

La VAP permet d’intégrer une formation visée sans avoir le diplôme habituellement requis pour l’intégrer. Grâce à ce dispositif, vous pouvez par exemple vous inscrire en master 2 alors que vous n’aviez qu’un bac +2. Ce dispositif ne vous permet pas d’obtenir une certification comme la VAE. Il vous permet plutôt d’accéder à une formation universitaire après étude de votre parcours professionnel.

La VES quant à elle permet d’obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur en fonction des études que vous avez suivies antérieurement. Avec la VES, vous pourrez valider d’office certaines UE ou certains crédits ECTS du diplôme souhaité. Tout comme la VAP, elle peut vous permettre d’obtenir un diplôme supérieur.

En conclusion, la VAE est une excellente solution pour acquérir de nouveaux diplômes. Elle permet d’évoluer professionnellement et par conséquent de bénéficier d’une meilleure rémunération. L’évolution salariale peut être automatique ou non. De toutes les façons, même si l’employeur refuse l’augmentation salariale, le nouveau diplômé peut quitter le poste pour choisir une nouvelle entreprise qui lui proposera beaucoup mieux que son ancienne entreprise.  


A découvrir