Comment protéger son or sans monter la garde avec un fusil devant chez soi ?

55890 EUROS
Le lingotin d'or d'un kilo vaut 55.890 euros le 29 juin 2022.

L’une des principales difficultés pour les épargnants lorsqu’ils veulent acheter de l’or c’est la gestion de la conservation et donc la gestion du risque.

Vous avez tous l’image de ce cow-boy de western qui monte la garde avec sa pétoire à la main prêt à défourailler à l’arrivée du premier brigand devant la banque qui est généralement située en face du saloon dans une rue désertique où souffle le vent et vole le sable. Le silence est pesant. La rue centrale est coupée de boules d’herbe qui passent. Puis les bandits arrivent, la tension monte, et la musique d’Ennio Morricone fait le reste. Bien évidemment cela se termine en bain de sang et le shérif n’est jamais sûr de l’emporter.

Heureusement, depuis quelques décennies maintenant le monde de la banque et de l’économie a appris à gérer les valeurs sans forcément recourir à des hommes en armes en permanence.

Les banques savent conserver des valeurs physiques, or, argent, pièces, monnaies de toutes les sortes. Les agences bancaires sont sécurisées, les guichets ont été progressivement fermés pour éviter les VMA comme on dit dans le jargon du métier. VMA pour vols à mains armées. J’en ai eu 4 dans mon ancienne vie de banquier et c’est très rarement un moment agréable tant la violence est forte, brutale, imprévisible, soudaine. La peur aussi.

Désormais la seule solution pour les méchants de s’en prendre aux valeurs physiques, c’est d’attaquer les fourgons de transports de fonds comme autrefois ils attaquaient les diligences, ou encore d’arracher au camion bélier les DAB, les distributeurs automatiques de billets ce qui, là aussi est de plus en plus rare car la sécurité est de plus en plus renforcée. Je parle de la sécurité passive.

La sécurité passive fonctionne et vous pouvez vous servir de ces différentes méthodes et techniques pour protéger vos propres valeurs personnelles.

Confier à des tiers. 

Depuis plusieurs décennies pour ne pas dire siècles, nous avons l’habitude de sous-traiter la « sécurité » de nos valeurs physiques et maintenant même immatérielles à des intermédiaires, à des tiers appelés banques. C’est cela le métier d’origine de la banque. Protéger votre argent. C’est la fonction première. La fonction de donner des crédits est arrivée après et c’est une suite parfaitement logique que d’utiliser l’épargne des uns pour financer les projets des autres.

Quand on parle de l’or, nombreux ont été les particuliers et les épargnants à passer par leur banque pour y déposer leur or ou leur bijoux dans des coffres bancaires.

Le problème c’est que depuis quelques années et la crise de 2008, les gens ont peur des banques qui inspirent moins confiance.

Alors où mettre son or quand on n’a plus confiance dans les banques ?

C’est ainsi que des sociétés en point com, des .com, ont vu le jour. Vous y achetez votre or et ils le gardent pour vous. C’est bien, mais que se passe-t-il si Internet ne fonctionne plus ou que vous êtes Ukrainiens et que les réserves de votre société.com viennent de tomber côté russe ?

Bref, dans les cas où nous considérons l’or comme une assurance ultime en cas d’évènements hautement improbables mais aux conséquences effroyables, c’est avec soi qu’il faut avoir son or.

Mais alors, comment le protéger efficacement ? Voilà l’une des questions les plus importantes et les plus brûlantes pour les détenteurs notamment d’or physique et de façon générale de métaux précieux.

Les 4 dimensions de la sécurité. 

Il y a des grands principes qui permettent de gérer et d’assurer la sécurité de ses valeurs.

Ces grands principes résumés dans le schéma ci-dessus, se déclinent en techniques et méthodes très précises.

C’est pour répondre à cette question de la sécurisation des valeurs que j’ai rédigé pour vous ce dossier spécial du mois de juin 2022 intitulé tout simplement « Où cacher son or et comment protéger ses valeurs? »

Vous y trouverez la réponse à toutes vos questions et la manière de protéger au mieux vos actifs avec la déclinaison précise des grands principes de la sécurité des valeurs.

Ces techniques viennent de mon expérience bancaire, de mon expérience des vols à mains armées, et aussi de mes années passées dans le monde de l’or dont je connais les arcanes et les côtés également parfois inavouables.

Oui, la sécurité passive est une réalité, et elle peut être d’une efficacité redoutable contre les cambriolages à condition d’en maîtriser les aspects, les contraintes et les méthodes. D’ailleurs si vous n’avez pas de lingots d’or à protéger, cela vous permettra de sécuriser aussi bien des objets précieux que des bijoux de famille !

Le dossier STRATEGIES « Où cacher son Or et comment protéger ses valeurs » est en ligne dans vos espaces lecteurs et disponibles en téléchargement ici.

Pour ceux qui veulent s’abonner et savoir comment protéger son or et toutes les autres valeurs, tous les renseignement se trouvent ici.

En bonus dans ce dossier je vous dis comment et où acheter de l’or et des métaux précieux, et aussi, parce que c’est fondamental l’importance des taux d’intérêts réels. Je vous explique tout dans ce dossier.

Dans tous les cas, ces techniques et méthodes de sécurité, sont, hélas condamnées à être de plus en plus utiles compte tenu de l’augmentation de la délinquance et des risques d’agressions comme de vols dans notre pays.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.